Peignoir ou kimono ?

Dis-moi ce que tu portes je te dirai qui tu es… En fait non. Je ne suis pas fashion profiler même si, parfois, il faut se l’avouer cela peut être tentant.
Revenons à ma question.
Alors vous êtes plutôt peignoir style Carré Blanc ou kimono ? Et est-ce que se poser la question reviendrait-elle à choisir entre confort et élégance ?

Le peignoir, un vêtement féminin avant tout

Et oui même si on peut avoir en tête l’image du gentleman des années 30 qui se détend dans son bureau bibliothèque en peignoir, avec un verre de scotch un cigare, le peignoir est avant tout un habit féminin. Plus exactement, c’est une robe qui a « mal » tourné. Remontons un peu dans le temps…

L’histoire du peignoir

Au 13ème siècle, la robe était un vêtement ample pour se couvrir après la toilette ou se protéger du froid. C’était aussi un moyen de dissimuler le corps lors de déplacement entre la salle d’eau et d’autres pièces.

Puis, dès le 18ème siècle, les femmes de l’aristocratie aimaient à recouvrir leur chemise de nuit, ce qui a donné naissance au peignoir. Et voilà l’image mille fois observée dans des films qui doit vous revenir en mémoire. Une femme défaisant ses nattes et coiffant ses cheveux longuement devant un miroir, assise à une coiffeuse. Ou alors l’héroïne du premier volet de la saga « Les chroniques de Bridgerton »….

Le peignoir de bain

Au vu de l’histoire du vêtement, le peignoir est associé au bain par sa fonction et aussi par l’étymologie du mot dont la racine signifie « manteau de bain ».

Dire peignoir de bain serait donc un pléonasme, mais cela traduit bien l’idée que l’on s’en fait. Très souvent en matière éponge, pour absorber l’humidité d’une douche, c’est un vêtement de confort dans lequel il fait bon s’emmitoufler.

D’autant plus quand il est doux, dans cette matière pilou-pilou si prisée quand les températures sont fraîches.

Mon peignoir pilou-pilou

peignoir à capuche
Le peignoir tout doux et tout chaud

Mon peignoir de bain femme, je l’ai depuis toujours je pense. Vous savez c’est le genre de choses bien vieilles que l’on garde indéfiniment et parfois voire souvent en dépit du bon sens.

Si je vous dis que je l’ai depuis que j’étais à la face, vous me croyez ?

Et oui un peignoir acheté quand je devais avoir environ 20 ans… Même si je l’adore, j’ai toujours eu un faible pour celui de ma mère qui est en fait un peignoir style kimono, dans un polyester doux et satiné.

Le kimono

L’histoire du kimono

Le kimono a traversé les âges depuis bien plus longtemps que le peignoir.

Ce vêtement traditionnel, symbole du pays du soleil levant est de tous les fantasmes. La photographie et les actrices l’on rendu encore plus glamour, vision exacerbée par l’image des geisha.

Pourtant ce kimono que l’on porte aujourd’hui « par dessus » était à l’origine un sous-vêtement !

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille vivement de lire l’article Petite histoire du kimono sur le blog du Courrier International.

Mon Kimono, un lien maternel

Elle ne l’a peut peut-être pas autant porté que dans mon souvenir, pourtant, le kimono de ma mère m’a toujours fait rêver. Petite je n’avais aucune idée du pourquoi comment et je ne pense même pas avoir fait le rapprochement avec le fait que cela puisse être un habit d’inspiration japonaise. Bien trop petite pour ces considérations là.
Mais j’aimais le voir porté par ma mère. Parfois, je le décrochais de la patère fixée derrière la porte de la salle de bain et je l’enfilais.
Inconsciemment je devais l’associer à l’âge adulte, à la féminité. Un jour je serai femme.

Il y a trois ans, quand j’ai emménagé dans ma maison à La Rochelle, ma mère m’a offert son vieux kimono (cf photo à la une). Enfin vieux,… il n’a jamais bougé, pas un seul accro, pas le moindre signe d’usure. Et elle m’a raconté la petite histoire de ce kimono. Sans mentir, j’avais les yeux qui brillaient au moins autant que ceux de la petite fille qui l’essayait en cachette…

Ce kimono était un cadeau de ma grand-mère maternelle. Commandé aux 3Suisses, elle l’avait fait livré chez ma mère qui travaillait alors à Paris. Un cadeau pendant sa grossesse. D’une certaine façon je l’avais donc porté depuis toujours, bercée dans le ventre maternel… J’ai emmené ce cadeau précieux avec moi et il est suspendu à la porte de ma chambre. Tous les matins je le vois comme un rappel de cette lignée maternelle à laquelle je tiens tant.

Alors et vous? Peignoir ou kimono ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.